CEP ou Bilan de compétences ? – comment enfin bien choisir ?

Beaucoup de monde dans le cadre de la réforme s’interroge. Il est vrai que ce n’est pas facile de s’y retrouver dans la jungle des dispositifs et des nouvelles règles de jeu de la Loi pour la liberté de choisir son Avenir Professionnel.

Si le CEP est facile à saisir, rapide à mettre en œuvre et gratuit pour définir son projet professionnel, la question se pose alors, de savoir s’il est judicieux ou non de dépenser la somme de son compte CPF pour réaliser un bilan de compétences ?

En 2014, le Conseil en évolution professionnel et le bilan de compétences ont eu bien du mal à trouver leur place l’un vis à vis de l’autre, souvent pris comme dispositif concurrentiel du bilan de compétences, le Conseil en évolution professionnel a mal été compris, puisque perçu comme pouvant se substituer au bilan de compétences en donnant la possibilité à toute personne de pouvoir bénéficier d’un accompagnement personnalisé allant de l’information à la mise en œuvre du projet professionnel.

Mais qu’en est-il aujourd’hui, depuis que la réforme de la formation s’est concrètement mise en place et que les missions du CEP (Conseiller en Évolution professionnel) ont été clairement définies ?

Revenons donc aux fondamentaux car le sigle CEP comprend différents sens.

Le Conseil en Évolution Professionnel (CEP) est un dispositif mené par un Conseiller en Évolution Professionnel (CEP. Eh oui, c’est les mêmes sigles !!!) qui a la mission de vous faciliter les démarches aussi bien de réflexion que d’action pour faire vos choix dans l’objectif de réussir votre projet professionnel. Il transmet également des conseils sur les moyens et les outils les plus appropriés pour que vous soyez acteur de votre projet professionnel.

Si ce service est gratuit, personnalisé, confidentiel et orienté adaptation aux besoins des personnes qui les sollicitent (salariés et demandeurs d’emploi), il est mobilisable à 3 niveaux et c’est là qu’il ne faut pas se tromper.

Comment alors comprendre la place et l’articulation de chacun de ces 2 dispositifs ?

Le bilan de compétences (BC) doit être appréhendé comme une démarche irremplaçable à laquelle le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) ne se substitue pas mais le soutient lorsqu’il est nécessaire. Il peut donc de manière fiable et en transparence vous le conseiller, puisqu’il est un dispositif inclus dans sa boîte des moyens pour vous aider au mieux.

Ainsi, le bilan de compétences (BC) est à penser comme dispositif complémentaire de l’offre de services du CEP.

Le CEP vous apportera des conseils qui seront modulable à 3 Niveaux :

– Au Niveau 1 : Vous serez accueilli en entretien personnalisé pour un diagnostic de votre situation professionnelle dans l’objectif de vous orienter vers le meilleur service pour avancer efficacement dans les choix d’orientation et passer concrètement à l’action, notamment via des ateliers collectifs (Ex : Participation à des ateliers d’information, de Technique de recherche d’emploi…)

– Au Niveau 2 : Vous recevrez un conseil personnalisé pour définir et être guidé dans votre projet professionnel, lorsque vous avez déjà des idées qui émergent et que vous avez juste besoin d’avoir un coup de pouce pour y mettre de l’ordre et décider de passer à l’action pour réussir la finalisation de votre projet.

– Au Niveau 3 : Vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé pour réussir la mise en œuvre de votre projet déjà défini en étant seconder pour vous lancer pleinement dans le plan d’action.

Mais alors, il n’y a plus besoin du bilan de compétences me diront certains d’entre vous ! Pourquoi le garder et encore le proposer en 2019 ?

Et bien si ! C’est pour certains d’entre vous essentiel et indispensable de vous engager dans un bilan de compétences.

Mais Comment savoir si c’est le CEP ou le BC qui est fait pour vous ? et Comment effectuer le bon choix sans se tromper et perdre son temps ?

Au Niveau 1 et au Niveau 2, le CEP peut vous aider à y voir clair, si vous avez décidé de le consulter.
Lorsque le besoin de réflexion d’un projet a besoin de temps (Absence de projet, souffrance au travail, absence de sens et/ou manque d’autonomie) et de moyens (Besoin d’une méthodologie et d’un accompagnement personnalisé sur mesure) pour mûrir une construction de projet professionnel, à ce moment-là, le CEP pourra vous préconiser le bilan de compétences.

Si vous souhaitez décider par vous-même et aller droit au but, le bilan est pour vous si vous êtes confronté à une ou plusieurs de ces réflexions ?
 « Je n’ai plus les idées claires sur ce que je veux réellement faire »
– « Je n’existe que par le travail et je veux redonner du sens à ce que je fais sans avoir de projet précis »
« Je doute quant à l’avenir professionnel et manque de confiance pour me lancer dans un nouveau projet »
« Je ne supporte plus d’être en déphasage avec ce que mon employeur me demande de faire et je me sens perdu pour quitter mon emploi sans vrai projet »
« J’ai plusieurs de projets et je ne sais pas par quoi commencer et comment décider parmi toutes ces idées foisonnantes
« Je me suis épuisée professionnellement et j’ai besoin d’envisager un nouveau projet professionnel et ce n’est pas facile de se reconstruire professionnellement » …

Lorsque vous vous engagez dans la réalisation d’un bilan de compétences, vous choisissez de vous offrir du temps pour retrouver confiance en vous-même et à vous investir dans plusieurs phases pour réaliser le projet qui vous ressemble.

Au travers d’une phase de diagnostic : Vous revisiterez les différentes routes de votre parcours professionnel à travers vos motivations et vos compétences développées et mobilisées (savoirs/savoir-faire/savoir-être), identifierez vos tendances préférentielles en termes de personnalité, repérerez les aptitudes développées. En prenant de la hauteur par rapport aux environnements professionnels dans lesquels vous avez évolué, vous pourrez alors regarder où vous avez finalement atterri sur la carte du parcours professionnel.

Au travers d’une phase de projection et de réalisation : Vous partirez à la découverte de nouveaux chemins à explorer en capitalisant et en analysant vos compétences, vos aptitudes et vos motivations pour pouvoir, au regard de la réalité environnementale qui se présente, vous questionner sur votre repositionnement parmi les voies possibles et envisager quel chemin emprunter. Vous aurez enfin toutes les clés en main pour rendre de la hauteur pour vous visualiser sur un nouveau territoire, étudier avec lucidité où aboutit le chemin emprunté et examiner quelles perspectives professionnels (Poste, fonction, responsabilités mais aussi culture d’entreprise, contexte…) s’offre à vous.

Quand vous faites appel à votre intelligence neurosensorielle et à votre intelligence projective, vous vous mettez spontanément en mouvement pour tirer les leçons et le meilleur de vos expériences, repérer vos ressources et vos appuis, analyser votre situation actuelle et élaborer une stratégie qui sera à la fois adaptée à votre projet singulier et au projet collectif d’une entreprise. Vous serez alors aligné à vous-même et à votre environnement professionnel ce qui permettra une intégration professionnelle réussie.

Que ce soit pour une mobilité interne ou une mobilité externe, vous apprécierez en cours de bilan, aller avec enthousiasme à la rencontre de professionnels pour enquêter avec une ouverture d’esprit, de la curiosité et un réel esprit critique. Vous êtes ainsi disposé à regarder en face la réalité, pour éviter des désillusions et vous projeter avec cohérence et réajuster avec clairvoyance la vision du possible.

Vous donnez du temps et les moyens d’une réflexion projective est essentiel si vous souhaitez poser des choix pertinents et identifier les étapes intermédiaires en termes de formation et de parcours professionnels pour atteindre votre objectif final. Vous montez alors un plan d’action qui tient la route et vous repartez avec votre feuille de route pour vous voir sereinement et assurément avancer.

Au Niveau 3 du Conseil en évolution professionnel, Le CEP vous prendra en charge uniquement si votre projet est clairement bien défini et que vous êtes perdu dans la réalisation de sa concrétisation. En fait, ce niveau 3 correspond à la dernière phase d’un bilan de compétences : élaboration avec la personne du plan d’action en identifiant les étapes de sa feuille de route. Le CEP va même vous aider à trouver la bonne formation et le bon organisme prestataire, pour entrer sur la formation nécessaire à l’accès au nouveau métier, trouver le ou les financements à mobiliser, l’organisme qui accompagnera à préparer une VAE et/ou monter un dossier de demande de co-financements…

Il n’est pas rare, après avoir réalisé un bilan de compétences, que des bénéficiaires rencontrent un CEP (c’est alors 1 RDV de 3e Niveau), pour maintenir la motivation et garder le cap du Plan d’action.

Que ce soit à votre initiative si vous êtes en recherche de solution pour un Avenir Heureux, ou sur le conseil d’un CEP ou bien sur la demande d’une entreprise avec votre accord, les conseils du CEP ou l’accompagnement du Conseiller en bilans de compétences (Psychologue et Consultants en mobilité et transition professionnelles) sont systématiquement orientés vers le même objectif claire de permettre à part entière de sécuriser des parcours professionnels et l’employabilité durable des personnes qui les sollicitent.

Vous êtes dans le cadre du bilan de compétences, dans une démarche profonde, de vraiment personnalisé dans l’alignement de vos valeurs, de vos Compétences de ce qui fera sens pour votre vie…

Lors des différents entretiens, des outils sont utilisés (questionnaires, tests, portefeuille de compétences…) comme soutien à la réflexion et seront toujours croisés entre eux dans une dynamique de résonance. 1 inventaire d’intérêts me semble incontournable c’est le STRONG.
Vous trouverez la raison de mon choix de prédilection pour cet inventaire au travers de l’article que j’ai rédigé et intitulé « Le STRONG au cœur de l’orientation » : https://eu.themyersbriggs.com/fr-FR/Knowledge-centre/Blog/2019/June/Le-STRONG-au-coeur-de-l-orientation

En résumé,
Si le CEP est gratuit et confidentiel, il est court et demande d’avoir les idées claires, de savoir se projeter, d’avoir un minimum d’estime, de confiance en soi et d’être autonome dans les différentes étapes de construction d’un projet déjà en émergence.

Si le Bilan de compétences a un coût, il peut être financé avec le CPF et il n’empiète pas sur les financements des formations longues.

J’insiste là-dessus car il y a confusion chez beaucoup d’entre vous entre les 2 CPF !

Il existe Le CPF « classique » créé en 2015 et le CPF de transition professionnel apparu en 2019

Les Formations longues en vue de changer de métier ou de profession sont Finançables avec le CPF de Projet de Transition professionnel qui est un dispositif différent du CPF, enregistré en euros sur votre compte d’activité.

Maintenant, je vous souhaite de bonnes démarches.

C’est bientôt la fin des vacances et il est tant de décider d’être HEUREUX AU TRAVAIL comme dans la VIE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s